ДУША ЖИВИ ВЕЧНО
5:24 AM"Dismantling the organism has never meant killing yourself, but rather opening the body to connections that presuppose an entire assemblage, circuits, conjunctions, levels and thresholds, passages and distributions of intensity, and territories and deterritorialization measured with the craft of a surveyor."

— Deleuze & Guattari

(Source: mytheatreofcruelty, via performance-sofa)

5:21 AM

Still Take You Home by Arctic Monkeys
'Story'. Tanga Moreau by Peter Lindbergh for Vogue Italia, September 1997
6:13 AM

Sometimes Always by The Jesus and Mary Chain
05:02
Anonymous: mystérieuse

why thanks i guess?

3:44 AM"and what about belonging?
I have not yet found a place to be..
…so i am here
the evidence of a lifetime spent longing."

— Tapiwa Mugabe, be(longing).

(Source: tapiwamugabe, via nayyirahwaheed)

Erin O’Connor by Tetsuharu Kubota
7:20 PM

These Foolish Things by Ella Fitzgerald
7:11 PM

11 juillet 2014, 4h25

Sünde écrasa sa cigarette et resta longtemps à contempler la feuille blanche qui l’attendait. Il actionna son stylo et, au moment où il allait entamer son écriture, songea à la langue dans laquelle il allait s’exprimer - éternel dilemme, en particulier lorsque les mots, et surtout les images, tournoyaient dans une ronde indéfinie qu’il fallait savamment capturer.

Il se dit qu’il s’était remis à trop fumer en regardant les paquets de cigarettes vides qui s’amoncelaient sur sa table de chevet. Ce n’était pas un regret, simplement un constat. Son estomac gargouillait de temps à autres, lui intimant de se nourrir, mais il n’avait aucun appétit.

Pétersbourg, la beauté froide de Pétersbourg le rendait malade. Il était dans cet état d’ivresse mêlée de lassitude qui le maintenait pourtant constamment alerte.

Quand il songeait à Berlin, un vague sentiment de mélancolie le submergeait. Cette fois-ci, toutefois, quelque chose était différent: C’était le manque qui parlait.

Sünde relut ce qu’il avait écrit, hésita à le froisser en boule, puis se décida à le poser sur la pile de livre qu’il avait à gauche de son lit. Il se déshabilla, mit deux Xanax sous sa langue, et se glissa sous les draps.

Saul Bass inspiration: Eternal Sunshine of the Spotless Mind.
»